X

UN SEUL MÉTIER : « PROFESSEUR ».

 A&D- RÉUNION- ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE :

UN SEUL MÉTIER : « PROFESSEUR ».

La gestion administrative des professeurs d’EPS est à l’écart de celle des professeurs certifiés, car ils appartiennent au corps des professeurs d’EPS, statut particulier liée à leur rattachement au ministère de la jeunesse et des sports avant 1981 et qui a persisté après leur intégration à l’éducation nationale. Cette situation est aujourd’hui dépassée.

Les P-EPS seraient-ils volontairement mis à part ? 

Les professeurs d’EPS sont titulaires d’un Certificat d’Aptitude au Professorat d’EPS (CAPEPS) et non pas d’un CAPES d’EPS : leur service réglementaire est de 17 heures de cours et de 3 heures d’animation de l’association sportive ; celui des titulaires d’un CAPES est de 18h. 

Les professeurs agrégés d’EPS, eux, sont dans le corps des professeurs agrégés, titulaires d’une agrégation d’EPS : il y a pour eux égalité de gestion. Leurs obligations de service sont de 14 heures de cours et de 3 heures d’association sportive, et celles des autres disciplines est de 15 heures hebdomadaires.

Ces différentiels de services entre les enseignants d’EPS et ceux des autres disciplines, justifiés par l’administration en raison de l’absence de corrections de copies, sous-estime les charges spécifiques de la discipline EPS : fatigue physique, gestion des risques d’accident,  contrôle de la sécurité des installations, gestion du matériel, déplacements entre les installations municipales et les établissements, fréquence des réunions d’équipes nécessaires pour l’organisation collective de l’enseignement dans les établissements et en coordination souvent avec les autres établissements du secteur…

Le professeur d’EPS titulaire d’un CAPEPS ne doit plus hésiter à demander l’alignement de ses horaires sur ceux des autres disciplines au prétexte qu’il ne corrige pas de copies !

  • Nous demandons l’intégration des professeurs d’EPS au corps des certifiés et l’alignement des obligations de service soit 15 heures d’enseignement et 3 heures d’AS.
  • Sur cette base nous revendiquons également l’alignement des obligations de service pour les professeurs agrégés soit 12 heures d’enseignement et 3 heures d’AS.

De surcroît la réforme de la fonction publique a tout simplement évincé les syndicats de la fonction publique, et donc aussi ceux de l’éducation nationale, de la gestion des carrières (notation, avancement, promotion de grade…) et des mutations (mouvements inter et intra académiques). Notre représentativité se trouve réduite aux CAPA disciplinaires ; dans les autres cas l’administration travaille désormais seule, sans regard extérieur ni possibilité de contrôle. Les CAPA (commissions administratives paritaires académiques) et CAPN (commissions administratives paritaires nationales) sont réduites à une peau de chagrin. 

Effectivement vos élus, les commissaires paritaires pour lesquels vous avez voté en décembre 2018 n’ont plus d’espace officiel pour gérer les situations et les carrières des collègues (mutations, mobilités, promotions, avancements d’échelons…).

Nous restons scandalisés par cette décision que A&D-EPS RÉUNION déplore vivement.

Ce mode de fonctionnement obscurcit le traitement des dossiers et opacifie les décisions prises par les instances rectorales. 

Le travail des syndicats facilitait et fluidifiait pourtant la gestion administrative des collègues auprès du rectorat, et les personnels administratifs de l’académie y trouvaient eux-mêmes leur compte car le travail était le plus souvent fait en bonne intelligence avec les syndicats et permettait de résoudre des problèmes avant même qu’ils aient pu avoir des effets concrets : les oublis, ou les erreurs, dans chaque dossier étaient plus facilement relevés.

Ainsi les commissaires paritaires portaient la voix des professeurs d’EPS directement lors des groupes de travail et ces discussions permettaient en toute transparence l’équité dans le traitement de chaque cas et empêchait tout passe-droit.

Le paritarisme était une richesse tant pour l’administration que pour les collègues et il reste incompréhensible qu’il ait été ainsi laminé !

À ce jour, A&D-EPS RÉUNION siège toujours dans les conseils de discipline mais aussi dans les commissions de réforme (accident du travail, pourcentage d’incapacité et indemnités)

Aujourd’hui encore l’équipe d’A&D-EPS RÉUNION résiste au muselage et reste force de proposition et de discussion face aux diverses instances administratives.

La jeune équipe AD-EPS REUNION est porteuse de projets et vous invite à rejoindre sa structure reliée à la CFE-CGC.

A&D-EPS RÉUNION porte plusieurs revendications :

A&D-EPS RÉUNION garde en mémoire le gel du point d’indice salarial depuis 2010, les diverses crises que nous venons de traverser, ainsi que les récentes réformes qui ont par conséquent affaibli le pouvoir d’achat des enseignants : une revalorisation d’une autre ampleur que celle du Grenelle de l’éducation doit concerner TOUS les professeurs.

A&D-EPS RÉUNION demande l’intégration des professeurs d’EPS au corps des certifiés.

A&D-EPS RÉUNION demande la fin du « bénévolat forcé » dans le cadre du travail en EPS, par un abus d’utilisation du « forfait UNSS ». Nous demandons que le « forfait d’ AS »  ne soit plus extensible à souhait, souvent imposé aux PEPS corvéables à merci selon leur gentillesse et qui se trouvent parfois abusés dans leur conscience professionnelle.

A&D-EPS RÉUNION revendique un véritable temps dédié à une AS DE QUALITÉ, à hauteur de 3 heures hebdomadaires, compétitions et déplacements compris. Les missions supplémentaires, annexes à l’enseignement devant élèves, comme par exemple la trésorerie et le secrétariat de l’AS doivent être rémunérées (HSA ou HSE) ou à défaut indemnisées par des IMP.

A&D-EPS RÉUNION demande aussi que le choix de remplacer 3h d’UNSS par 3h de cours soit réellement offert aux professeurs.

A&D-EPS RÉUNION, constatant le recul de l’âge de la retraite, demande pour les enseignants d’EPS une meilleure prise en compte de la pénibilité au travail et ce dès 45 ans. Les difficultés évidentes que nous endurons au quotidien doivent être prises sérieusement en considération : le bruit, le travail en extérieur (exposition au soleil, au froid, aux intempéries…), les longues stations debout et le piétinement, le portage et le déplacement de matériel souvent lourd, les parades pour aider les élèves dans leurs mouvements dans le cadre de leurs apprentissages, les diverses sorties scolaires sportives autour des projets pédagogiques ou de l’UNSS qui entraînent parfois des accidents de service que l’administration ne reconnaît pas toujours, et la souffrance au travail aussi, comme tous les autres collègues, du fait des mises en causes par des familles ou des élèves indélicats, sans protection claire et nette de certains chefs d’établissements…

***

Enfin, A&D-EPS RÉUNION profite de ce courrier pour vous souhaiter de bonnes fêtes 2020, malgré le contexte sanitaire éprouvant. Nous espérons une excellente santé dans votre foyer ainsi qu’une bonne santé sportive.

ROBERT Marie Sylvie (commissaire paritaire pour AD- collège 12eme)

TURPIN Willy (Commissaire paritaire suppléant pour AD- Lycée NORD Mémona Hintermann)

PICHONNIERE Corinne (S1 du collège 3 Mares)